• Par une soirée sombre.

    A regarder avec du recul, je crois que le moment où tout a commencé à s'émietter, c'est le soir où, après avoir mangé avec mes parents, mon petit frère et ma petite sœur, mes siblings et moi-même préparions notre projecteur pour regarder un film, nous avions entendu nos parents se disputer. Je ne me rappelle pas très bien de quoi, ou comment cela avait commencé, mais je me rappelle, aussi distinctement que le jour où j'ai retrouvé mon premier chat mort, ou quand je suis allée visiter ma mère à la maternité juste après la naissance de ma sœur, que ce n'était pas la première fois.

    Je me rappelle le sentiment viscéral qui s'était répandu dans mon abdomen. Ainsi que le fois où je m'étais moquée d'Erwan F. en CM1 parce qu'il pleurait. J'avais appris ce jour là que ses parents divorçaient, et je m'étais clairement exprimée sur le fait qu'il pleurait pour attirer l'attention de la maîtresse. Et les pièces du puzzle se sont assemblées. J'avais 10 ans.

    Maintenant que j'y repense, je me demande comment à cet âge là, j'ai pu saisir ce qu'il se passait autour de moi. Et l'effroi qui s'en suivi m'a brisée à jamais. Je me rappelle d'avoir rapproché mon frère et ma sœur, âgés respectivement de 8 et 7 ans, et d'avoir révéler mes soupçons.

    Ma sœur est allée tout de suite dans la pièce d'à côté, la cuisine, et est allée voir ma mère. E. moi-même nous sommes cachés dans le couloir guettant la réponse.

    "Maman, E-J pense que vous allez divorcer."

    L'attente a été la pire de tout ma courte vie.  Nos parents nous ont rassemblés autour de la table. Mon père a essayé de nous faire comprendre qu'ils allaient tout faire pour que ce n'arrive pas. Ma mère, elle, a tout brisé.

    "Oui. On divorce."

     

    Je crois que ce que j'ai ressenti à ce moment ressemble quand un miroir se brise. Il se fissure, se casse et dégringole en morceaux.

    A partir de ce moment là, j'ai eu l'impression de marcher sur les bouts de verres, tranchants mes pieds à chaques pas. Si je veux aller de l'avant, je dois m'abîmer, je dois souffrir. Je dois laisser des traces de sang sur le chemin.

    Je sais que beaucoup de famille ont vécu le divorce, que beaucoup d'autres sont dans le même cas que moi. Mais j'ai le sentiment que c'est ce qui me donne une vision tordue de la famille. C'est pour ça que des fois, je déteste ma mère. Que je déteste ma sœur, que je déteste mon frère. La seule personne que je n'arriverai jamais à détester, c'est mon père. Même s'il a brisé quelques promesses, même s'il m'a mise mal dans ma peau, c'est la seule personne pour qui je donnerai ma vie.

     

    C'est par une soirée sombre, que ma vision du monde s'est à jamais brisée.


  • Commentaires

    1
    Samedi 14 Novembre 2015 à 11:53

    Ton texte m'a ému...

    Mes parents ont faillit divorcer il n'y a pas si longtemps que ça, et je ressentais la même chose. Je n'avais plus aucune envie des les voir.

    Et quand ils m'ont finalement dit qu'ils s'étaient réconcilier et qu'ils n'allaient pas divorcer, j'en ai pleuré de joie.

    Mais avec le recul, je sais qu'ils ne seront plus jamais VRAIMENT heureux ensemble...qu'ils ne font ça que pour moi.

    bref, ton texte était vraiment bien écrit. J'en ai eu les larmes aux yeux. ^^' #sensible

     

      • Lundi 16 Novembre 2015 à 12:21

        Merci pour ton commentaire émouvant.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :